Go Sixt Logo black

JENSON BUTTON : VIVRE DANS LE FASTLANE

Text Marko Knab
·
Photos HACKETT
·
01/12/2022
En 2009, Jenson Button a remporté le championnat du monde. En 2017, il a mis un terme à sa carrière en Formule 1 - ce qui ne signifie pas pour autant que la vitesse ne joue plus aucun rôle dans sa vie. Au contraire.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

« Monsieur Button, vous êtes un homme très occupé. Sur quels projets travaillez-vous actuellement? » « Je n’aurais jamais pensé que ma vie resterait aussi trépidante après la Formule 1, mais j’ai plus de choses à faire qu’avant : je suis présentateur en Formule 1 et ambassadeur de la marque pour l’équipe Williams, ainsi qu’ambassadeur de la marque de mode Hackett. Et j’ai ma propre marque de voitures. Il s’agit d’une manufacture de véhicules qui s’appelle Radford et avec laquelle nous faisons du coaching classique. Cela signifie que nous construisons, sur la base d’un châssis de série, des véhicules sur mesure selon les souhaits du client. J’ai également créé ma propre marque de whisky, Coachbuilt. Vous remarquez donc que je suis assez occupé. Il faut dire que j’ai aussi une vie privée avec ma merveilleuse femme et mes deux enfants ».

« Est-ce que vous rattrapez maintenant quelque chose qu’il n’y avait pas le temps de faire avant? »

« Oui, avant, la Formule 1 était ma raison de vivre. Bien sûr, il ne faut pas plaindre un pilote de Formule 1, c’est l’un des meilleurs jobs qui existent – mais ça vous bouffe. On finit par oublier le monde extérieur, tout tourne autour de la course. Tu as un manager, un assistant RP, un assistant personnel, les factures sont payées, tes vols sont réservés – et ce que tu manges, c’est ton physiothérapeute qui le décide. On ne grandit jamais dans ce petit monde et on le quitte exactement à l’âge où l’on y est entré. Lorsque j’ai mis fin à ma carrière en Formule 1, j’ai appris à payer les factures. Je sais à quel point cela peut paraître stupide ».

JENSON BUTTON LIVING IN THE FASTLANEAUFMACHER BILD 1 jenson button

« Avant, vous couriez pour le championnat du monde, qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui? »

« J’aime les nouveaux défis, il y en a eu quelques-uns par le passé, mais les efforts ont toujours été récompensés. Les gens avec qui je travaille maintenant, que ce soit chez Radford ou chez Coachbuilt Whisky, fonctionnent comme moi. Ce sont tous des gens passionnés par ce qu’ils font ».

« On ne dirait pas que le sport automobile vous manque ».

« Vous savez, j’ai fait tellement de courses et je continue d’en faire. Si j’ai mis fin à ma carrière en Formule 1, c’est parce que je voulais essayer d’autres choses et courir dans d’autres séries. Je ne suis pas seulement un pilote de F1, mais aussi un pilote de course. Par exemple, pendant les années passées au Japon, j’ai gagné le championnat Super GT, j’ai couru au Mans – ce qui ne s’est pas très bien passé, mais qui a été très instructif – et je viens de signer pour une saison en Nitro Rallyecross. Dix courses autour du monde, des voitures électriques de 1.000 chevaux à quatre roues motrices, beaucoup de sauts et tout cela sur un terrain meuble. Donc tout le contraire de la Formule 1 ».

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

« Comment vivez-vous la Formule 1 en ce moment? »

« D’un point de vue sportif, la saison passée a été l’une des plus attrayantes qui soient. Tout le monde pensait qu’il s’agissait d’une sorte d’année intermédiaire avec les nouvelles règles, mais elles ont tout de suite eu un effet positif sur les courses. Les courses sont plus serrées, les voitures peuvent se suivre plus facilement. Les dépassements sans DRS restent difficiles, mais si un pilote commet une erreur, l’autre peut désormais le dépasser plus facilement. Les voitures sont plus belles, on perçoit mieux la personnalité des pilotes, car on les voit aussi en dehors des voitures. C’était différent quand j’étais en Formule 1. Nous étions des gamins qui couraient pour de grandes équipes et de grands sponsors, et nous devions faire extrêmement attention à la manière dont nous nous comportions devant la caméra. Maintenant, c’est beaucoup plus détendu. C’est bien d’avoir deux équipes qui se battent pour la victoire au sommet. Espérons qu’un jour, Mercedes s’y joindra. La Formule 1 est en pleine expansion, surtout ici aux États-Unis. Mais avant tout, il faut que les courses soient bonnes – et c’est le cas ».

« Que pensez-vous de l’expansion de la série ? Celle-ci est en effet critiquée en ce qui concerne le calendrier chargé ».

« Vous savez, j’aime vraiment ce sport, mais je ne voudrais plus courir en Formule 1. 22 ou 23 courses par an, c’est tout simplement de la folie, parce que c’est tellement dur, pas seulement physiquement, mais aussi mentalement. Il faut trouver le bon état d’esprit avant chaque course. On en paie le prix, je l’ai aussi remarqué à un moment donné, si je suis honnête ».

« Alors comment ça s’est passé d’arrêter? »

« Les premières années ont déjà été difficiles. La course au Japon était amusante et j’avais ma petite amie, qui est devenue ma femme, mais je ne savais pas où j’allais aller professionnellement. Mais quand ça a commencé avec Radford Motors, je me suis dit : « Wow, je peux vraiment m’investir ici, je peux développer quelque chose qui me plaît ».

JENSON BUTTON LIVING IN THE FASTLANEAUFMACHER BILD 2 jenson button

« Quelle est votre autre fonction chez Radford Motors ? Êtes-vous pilote d’essai? »

« En fait, je fais des essais, oui. Je développe le véhicule sur la base de la Lotus Evora de manière à ce que les clients puissent ensuite le conduire eux-mêmes et surtout en profiter ».

« Avec vos relations de longue date avec les constructeurs automobiles, vous auriez certainement pu y concevoir votre propre modèle spécial. Pourquoi avez-vous décidé de suivre votre propre voie avec Radford ? »

« Parce que je veux faire quelque chose de spécial avec les voitures. Bien sûr, on peut aller chez un constructeur et faire peindre sa supervoiture dans une couleur spéciale pour une somme folle. Chez nous, c’est un peu différent : tu veux que les prises d’air sur le côté aient une forme différente ? Pas de problème. L’avant ne te plaît pas, tu as besoin d’autres feux ou d’autres ailerons arrière? Pas de problème non plus. C’est justement le but du coach building ».

JENSON BUTTON LIVING IN THE FASTLANEAUFMACHER BILD 3 jenson button

Radford Type 62-2. Crédit : Radford Motors

« Comment cela se passe-t-il concrètement? »

« C’est une question de temps et d’argent, y compris pour l’intérieur. Si quelqu’un veut une monoplace, nous l’aménageons. Même un gros moteur V8 n’est pas un obstacle. C’est pourquoi je trouve le coachbuilding passionnant, et c’est aussi la raison pour laquelle il a si bien marché dans les années 1940 à 1960 : On commandait un châssis chez Rolls-Royce ou Bentley et on pouvait se faire construire une voiture sur mesure chez Mulliner, Radford ou Cooper ».

« Que signifie alors le luxe pour vous? »

« Ce n’est pas une question facile, car c’est un vaste domaine. Mais pour moi, le luxe signifie quelque chose comme l’individualité, c’est-à-dire avoir quelque chose que les autres ne possèdent pas comme ça ».

JENSON BUTTON LIVING IN THE FASTLANEAUFMACHER BILD 4 jenson button

« Parlons de mode : Hackett et Jenson Button, quel est le lien entre les deux? »

« Vous savez, je suis britannique – et j’aime l’idée de me comporter en gentleman. Ou du moins de penser que j’en suis un ! (rires) J’aime bien m’habiller, porter un beau costume et avoir l’air intelligent. Je pense qu’un bon costume donne à un homme de la confiance en soi – et qu’un costume mal ajusté peut à son tour nuire à la confiance en soi ».

« Vous pouvez certainement nous dire ce qui fait le style britannique classique ».

« Ce sont les petits détails subtils. Quelque chose comme les boutons de manchette – ou les chaussures. A mon avis, une tenue dépend des chaussures ».

« Mais vous ne portez probablement pas un costume tout le temps ».

« Non, je prends beaucoup l’avion et j’ai besoin de vêtements confortables comme des survêtements, et là aussi, Hackett a une collection. Ces vêtements sont incroyablement confortables. Ce qui s’ajoute à cela : Je dois me changer tout le temps. Avez-vous des enfants ? Si vous en avez, vous savez que toutes les heures, du chocolat, du lait ou autre chose se retrouve sur les vêtements. Pour des raisons que j’ignore, mes enfants aiment manger la moitié du jardin et … eh bien, comme je l’ai dit, je me change tout le temps ».

Source: https://ramp.space/post/jenson-button-living-in-the-fastlaneGO SIXT

Promotion

Demandez la carte Platinum d’American Express dès aujourd’hui !

voir Promotion >

S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER

Nous ne vous envoyons que le meilleur !