Go Sixt Logo black

CHAMPION DU MONDE À TITRE POSTHUME – JOCHEN RINDT

Text KURT MOTZER
·
Photos MOTORSPORT IMAGES
·
27/12/2022
Jochen Rindt est décédé le 5 septembre 1970 à Monza, peu avant 15h30. Son seul concurrent pour le titre, Jacky Ickx, ne parvint pas à combler son retard de points sur le défunt lors des trois dernières courses de la saison. Jochen Rindt reste à ce jour le seul champion du monde posthume de l'histoire de la Formule 1.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Cimetière central, Graz. En face du colonel impérial et royal Fritz Balling, titulaire de la croix de fer de deuxième classe (tombé en Galicie pendant la Première Guerre mondiale), repose un pilote de course qui n’a jamais pu savoir que le plus grand rêve de sa vie s’était réalisé : devenir champion du monde de Formule 1. Jochen Rindt est mort le 5 septembre 1970 à Monza, peu avant 15h30. Son seul concurrent pour le titre, Jacky Ickx, ne parvint pas à combler le retard de points sur le défunt lors des trois dernières courses de la saison. Jochen Rindt reste à ce jour le seul champion du monde posthume de l’histoire de la Formule 1. Sa tombe ressemble au menhir d’Obélix. Il y est écrit en lettres capitales : JOCHEN RINDT NÉ. 1942 GEST. 1970, GRAND PRIX MONDIAL 1970. Derrière la tombe se trouve la pépinière du cimetière. A droite de Rindt est enterré l’acteur populaire Rudolf Carl (1899-1987), qui a joué de nombreux petits rôles aux côtés de Hans Moser. Plus de 30 000 personnes ont rendu un dernier hommage à Jochen Rindt, l’homme au nez de boxeur, qui possédait un passeport allemand et conduisait avec une licence autrichienne. Jamais auparavant – et jamais depuis – il n’y avait eu autant de collègues présents aux funérailles d’un pilote de course, qui ont eux-mêmes reçu les derniers sacrements peu de temps après : Pedro Rodriguez, François Cevert, Jo Siffert, Joakim Bonnier, etc. Jochen Rindt s’est précipité dans la tombe avec de sombres pressentiments. Au sujet de sa voiture, la Lotus 72, il disait : « Soit je meurs dans cette voiture, soit je deviens champion du monde avec ». Les deux se sont produits, la même année – le meilleur des scénaristes n’y aurait pas pensé. Cela s’est passé lors de l’entraînement final : un arbre de frein a cédé lors du freinage sur la Parabolica. Jochen Rindt s’était toujours plaint auprès de son chef d’équipe Colin Chapman que les arbres de frein étaient trop minces. Après avoir percuté les barrières de sécurité et effectué plusieurs pirouettes, la Lotus s’est immobilisée à côté de la piste. Les jambes de Rindt dépassaient alors déjà de l’épave, sans vie. Un certain Bernie Ecclestone, alors manager de Jochen Rindt, a ramené le casque ensanglanté aux stands. Nina, la femme de Jochen, était là, en larmes. Lorsqu’elle a vu le casque ensanglanté, elle s’est mise à crier : « Vous êtes des malades mentaux, vous êtes tous des malades mentaux » !

Source: https://ramp.space/post/jochen-rindt

campaigns

LOUER ET TESTER UNE VOITURE ÉLECTRIQUE

voir Promotion >

S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER

Nous ne vous envoyons que le meilleur !